Les carnets de Sev

“Les carnets de Sev” est le carnet de mes avancées scientifiques sur la place des femmes dans la revitalisation économique de territoires, qu’ils s’agissent de QPV (Quartiers Prioritaires de la Ville), de zones industrielles “perdues” ou de zones rurales sans capital culturel et historique notable.
Ma démarche de recherche en sciences de gestion s’inscrit soit dans une démarche ethnographique, soit dans une démarche de recherche action.
Elle s’inscrit au croisement des théories de l’émancipation (empruntées à Foucault et, dans une moindre mesure, à Butler) et du courant de recherche “Entrepreneurship as Practice”, qui analyse comment un individu adopte des pratiques pour créer son entreprise.

La recherche que je relate pratiquement jour pour jour dans ce carnet a été initiée en décembre 2020 dans le cadre de la Chaire de Recherche que j’ai créée : “Femmes et Renouveau Economique” (hébergée par la fondation Grenoble Ecole de Management, sous l’égide de la fondation de France). Elle regroupe actuellement 20 chercheurs affiliés.
Ensemble, nous menons une ethnographie dans des territoires économiquement pauvres de villes:

  • En France: Grenoble La Villeneuve, Aubagne, Pantin. J’ambitionne d’aller dans les territoires desindustrialisés du Nord de la France
  • En Afrique du Sud: Soweto
  • Au Senegal: Quartiers Nords de Dakar
  • Aux Etats-Unis: Quartiers pauvres de Los Angeles et Détroit
  • Au Liban: Quartiers de Beyrouth soufflés par l’explosion survenue en Aout 2020 et quartiers pauvres de Tripoli (et une de mes doctorants qui travaille dans les camps de réfugiés Syriens).

Vous l’aurez compris, cette recherche action es ambitieuse puisqu’il s’agit de trouver UNE – à défaut de LA – recette pour enfin faire décoller des territoires économiquement défavorisés et, surtout, conduire à l’émancipation des femmes qui y habitent, qui y voyagent. Ici, je relate uniquement ma recherche et mon propre travail, celle menée en France, et mon regard sur les évolutions de la recherche menées par mes autres collègues affiliés à la Chaire de Recherche FERE (regard forcément limité mais scientifique).

En quoi consiste cette recherche ?

1) En une approche ethnographique
Cette dernière se concentre sur:
1- La place de la femme dans les quartiers économiquement pauvres avec différents sous-axes d’analyse:
1.a. Ce que signifie être femme sur ces territoires
1.b. Les formes de masculinités sur ces mêmes territoires
1.c. Les “roles models” de ces femmes sur ces territoires

  1. Les proto-institutions et leurs rapports de force sur le territoire.
    Dans une approche TNI (Theorie Neo Institutionnelle) et avec une démarche empruntée à celle de M. Foucault (1976, ed. 2017, p. 121 et suivantes), je m’efforce de comprendre l’archéologie des représentations de soi des différents acteurs et organisations parties prenantes sur le territoire, de comprendre leur rapport à l’économique, au territoire dans son ensemble. J’essaie aussi de comprendre les “ordres d’apparition de ces acteurs”. Autrement dit, mon analyse repose sur une approche historique du territoire et des jeux d’acteurs qui le compose et l’ont fait évoluer dans le passé (dans sa forme architecturale, etc.)
  2. L’identification des pratiques et des praxis entrepreneuriales des femmes qui créent leur entreprise sur ces territoires

1) Une approche de recherche – action pour expérimenter avec les parties prenantes présentes sur les territoires des pédagogies, des hypothèses:

  • Parmi celles évoquées avec les parties prenantes : Il semblerait que les femmes qui créent leur entreprise soient influencées par des amies entrepreneurs. Si on crée un réseau d’amitiés, de parrainage entre quelques femmes entrepreneurs et quelques femmes de ces territoires, est-ce que la motivation entrepreneuriale de ces dernières s’en trouvera renforcée?

Pour qui est-ce que j’écris ? Pour vous lecteurs !!! Qui êtes vous pour moi ?

  • Vous, jeunes chercheurs et étudiants en géographie, en sociologie, en sciences de gestion, qui s’intéressent à ces réflexions de la place des femmes et de l’émancipation des femmes par le travail, en particulier par l’entrepreneuriat…
  • Vous aussi, chers collègues : Vous savez O combien nos travaux publiés dans les revues scientifiques sont à la fois la garantie d’une recherche légitime mais aussi la source d’une éventuelle frustration : celle de n’être lu que par les autres chercheurs qui ont besoin de légitimer leur travail par la citation de quelques références.
  • Vous aussi, journalistes et vecteurs d’informations. En espérant que ce travail vous permettra de prendre du recul mais aussi d’alimenter votre réflexion sur la place des femmes dans la société et l’économie de territoires économiquement défavorisés.
  • Vous aussi, parties prenantes au quotidien. Je vous côtoie pratiquement tous les jours depuis bon nombre d’années désormais. Ce carnet est aussi une réflexion, la mienne, certes argumentée mais nécessairement subjective… J’espère qu’il vous permettra aussi de prendre du recul mais aussi de servir de base à un dialogue encore plus riche et fructueux.
  • Vous enfin, les donateurs : Vous financez nos recherches, les miennes en particulier. Il me semble logique dans une logique de contre-don, de vous rendre compte de mes avancées, de mes doutes, du processus par lequel je forme mes hypothèses…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search