Ce que dit la recherche sur l’entrepreneuriat féminin en 2021: Synthèse de la Conférence Diana

Renouvellement de l’appel à une analyse plus contextualisée mais aussi à de l’interdisciplinarité et à une étude plus approfondie du lieu d’entrepreneuriat : Petite chronique de la 21ème édition de la Conférence “Diana”, la “Mecque” de la recherche en entrepreneuriat féminin.

La Conférence Diana : En quoi est-ce un lieu important pour les chercheurs mais aussi pour les accompagnateurs ?

Les 21 et 22 mai derniers, s’est tenu la dernière édition de la Conférence Diana. Le nom est peu évocateur – quoique, à la réflexion, si, un peu… C’est la conférence du projet du même nom, lequel projet est une plate-forme qui rassemble des chercheurs (souvent plus de chercheuses d’ailleurs) du monde entier autour du sujet de l’entrepreneuriat féminin. Initié en 1999 par 5 femmes professeurs, le projet vise a créer tout simplement le champs de l’entrepreneuriat féminin, à montrer qu’au jeu de la création d’entreprise, la femme n’est pas un Homme comme les autres et, que, pour paraphraser les propos d’une fin de discussion avec le professeur Susan Marlow à Manchester il y a quelques années : “Le genre – comprenez ici le sexe de l’individu mais aussi le comportement que l’on associe à la femme ou à l’homme – est loin d’être une variable neutre !”

Depuis plus de 20 ans donc, cette communauté se réunit pour présenter, discuter ses travaux de recherche entre chercheurs mais aussi entre chercheurs, politiciens et entrepreneurs, comme ce fut le cas lors de l’avant dernière édition, en 2019, à Boston.

Certes, d’autres lieux existent pour échanger mais cette plate-forme, de par sa taille (plus de 100 chercheurs se réunissent désormais tous les ans, rien que sur l’édition 2020, plus de 140 papiers donc résultats de recherche ont été soumis pour éventuelle acceptation de présentation), de part son envergure internationale (dès son origine, on est sur un événement transcontinental – Europe du Nord / US; Maintenant, plus de 120 nationalités sont représentées !!!). Bref, la Conférence Diana est LE seul lieu que je connaisse où on présente, en toute bienveillance, les résultats aux méthodes aussi diverses, aux terrains aussi variés. Enfin, si on dit souvent que l’Academy (où se trouve le track entrepreneuriat féminin) est le lieu où on fait son marché (dans tous les sens du terme puisque c’est là où bon nombre de chercheurs se vendent et cherchent leur emploi), je dirais que la conférence Diana, c’est le lieu de RENCONTRES sur l’entrepreneuriat des femmes.

Pour en savoir plus, voici le lien vers le descriptif du Projet Diana (hébergé par le Babson College) : https://www.babson.edu/academics/centers-and-institutes/center-for-womens-entrepreneurial-leadership/diana-international-research-institute/research/diana-project/#

L’édition 2021 de la conférence Diana: Quelques retours sur le thème “famille, femme, entrepreneuriat”

Les présentations étant faites ou la reprise de contact initiée, passons au contenu: Des terrains de recherche qui émanent de plus de 50 pays aussi divers et variés que sont ceux de l’Union Européenne, de l’Amérique du Nord, de la Colombien, Chine, Egypte, pays du Moyen Orient, du Maghreb aussi… Une fois encore, cette année a été marquée par la présentation d’une très grande variété de terrains présentés dans in fine 65 communications. Peu de retour sur la crise du Covid et de son impact sur l’entrepreneuriat des femmes, malgré les relances. Seule Ute Stephan, Editrice de la revue “Entrepreneurship and Practice” et professeure au King’s College de Londre relate les premiers résultat de son étude internationale (si ce n’est globale) menées avec 23 autres chercheurs : En synthèse, la variable genre importe peu et les soucis occasionnés par cette pandémie sont partagés par les hommes et par les femmes du monde entier et… de la même manière !

Le thème de l’année était la femme et la famille sous toutes ces facettes. Rien d’étonnant à voir plusieurs papiers sur ce thème même si on se serait attendu à plus: 14 communications au total… Mon interprétation est que la communauté de recherche sur l’entrepreneuriat familial s’intéresse à la place de la femme mais que la communauté sur les femmes entrepreneurs est encore loin de s’emparer du sujet et se focalise encore beaucoup sur une thématique genrée, à la fois la conciliation vie privée – vie pro des créatrices et dirigeantes (plus de deux sessions consacrées au sujet). Signalons toutefois l’article de mes collègues, Natalia Vershinin et de Miruna Radu Lefebvfre de la Chaire en entrepreneuriat familial d’Audencia, qui montre comment la place de la femme en entrepreneuriat des familles est cruciale, même si le nom de cette dernière n’est pas toujours encore dans l’organigramme formel de l’entreprise. Sans doute une raison pour laquelle bon nombre de jeunes filles aux Etats-Unis qui pourraient prétendre au poste de successeur à la tête de l’entreprise familiale disent “non”, c’est du moins ce que montrent Lakshmi Balachandra, Betsy Shaver et Kelly Shaver du Babson College. Au regard de l’impact connu des autres travaux que Lakshmi a pu mener (https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/l-inclusion-chez-les-investisseurs-n-est-pas-naturelle_2130019.html), et du potentiel d’action bien connu des femmes entrepreneurs issues de famille d’entrepreneur, nul doute que cette conclusion mérite réflexion… Autres communications à suivre : Celles des “serial publishers” en entrepreneurial féminin, en particulier le travail de l’équipe de Maura McAdam sur le lent processus de légitimation d’une “fille de” (plusieurs entrepreneurs) dans l’entreprise.

Donc, pour ce qui est du thème favori et déjà bien labouré de la conciliation vie privée, vie pro de la femme entrepreneur (9 communications), une grande tendance qui ne peut que me réjouir : l’intégration de l’approche spatiale, du lieu de l’entreprise, à la fois comme donnée qui explique tout mais aussi comme résultat d’une stratégie de la créatrice pas tant pour être plus près de son marché que pour mieux gérer sa vie perso, c’est du moins de ce montrent l’équipe de Skéma, (Stéphanie Chasserio, Philippe Pailot et Corinne Poroli). Autre aspect que je trouve intéressant : la nuance. Je ne peux ici que féliciter la doctorante dont j’ai le bonheur d’encadrer les travaux, Stacy Brecht, qui rappelle que vie privée ne signifie pas uniquement éducation des enfants mais aussi plein d’autres choses, et surtout… le fitness, d’exercices physiques (et “pourquoi pas musique, lecture ou autre ?” réponse (imparable) : “parce que mes entretiens avec les créatrices de Los Angeles parlent uniquement de fitness… mais pas de musique”).

Le lieu d’où on vient, le lieu où son crée: la pépite de recherche à venir ?

Voilà pour l’aspect principal qui me tient à coeur. Bien évidemment, les recherches continuent à se poursuivre sur les moteurs de la croissance de la jeune pousse créée par une femme, à commencer par les stratégies de financement… On reste sur le même constat, le fameux enjeu du “M” (Money) reste un sujet d’actualité en 2021 et les clés pour le surmonter n’ont pas encore été trouvées. Pour autant, j’ai vraiment apprécié cette année d’apprendre des choses sur des contextes hors Europe et US, en particulier sur le cas de l’Inde (avec le travail de Suveera Gill et de Pam Rajput) et comment les femmes s’y prennent pour jouer avec les “Private equities”.

Au-delà de cette ouverture à des contextes autres que ceux traditionnellement connus, ma grande source d’inspiration se trouve dans la reconnaissance que le lieu compte ! Tout comme bon nombre d’accompagnateur de l’entrepreneuriat en France s’intéressent à la ruralité (terme d’ailleurs qui englobe le lieu “mignon”, chargé d’histoire et qui a tout le capital pour générer de l’entrepreneuriat au moins de le tourisme ou encore ce que l’on appelle le “life-style entrepreneurship” (choix d’une localisation car le lieu est sympa…) mais aussi le lieu où il n’y a rien… Pas certaine d’ailleurs que ces accompagnateurs s’intéressent à ça). C’est pourtant à ce “ça” que s’intéresse la recherche : Comment faire croitre l’entrepreneuriat des femmes dans les zones rurales des pays dits pauvres ? “Le contexte compte” pour reprendre les termes de Friederike Welter et le “copier – coller” de méthodes d’accompagnement de femmes entrepreneurs, qui sont imaginées par des praticiens des villes et des “clusters” d’innovations ne fonctionnent pas toujours dans pour les cas des femmes des zones rurales. C’est ce que montrent K. Ciprikis, S. Gaviga et T. Cooney à propos d’une recherche intervention en Uganda. Simple principe de bon sens? Pas nécessairement tant les contextes sont différents : les recettes valables pour un contexte ne le sont pas nécessairement pour un autre !

Et c’est d’ailleurs ce sur quoi a insisté, Friederike Welter, directrice du centre de recherche sur les SME à l’université de Bonn (Allemagne) et chercheuse reconnue en entrepreneuriat féminin. Se fondant sur son dernier ouvrage, co-écrit avec Ted Baker, le théorie du “bricolage entrepreneurial”, (https://www.routledge.com/Contextualizing-Entrepreneurship-Theory/Baker-Welter/p/book/9780815371564), elle explique que, au-delà de l’identité (sociale, de genre,…), le contexte et le lieu de travail sont importants et méritent une investigation sérieuse: L’architecture d’une ville, la manière avec laquelle elle est coupée ou ouverte, l’architecture de l’entreprise reflètent le degré d’ouverture à l’entrepreneuriat mais aussi la capacité entrepreneuriale. La chercheuse explique sa surprise en regardant l’évolution architecturale de la Sillicon Valley: Autrefois très ouverte sur un plan géographique, elle accueille des nouveaux sièges sociaux, dont celui de Microsoft, très refermé. Dès lors, comment les startuppers mais aussi les sous-traitants vont-ils pouvoir travailler, sur un plan concret dans ce lieu fermé? La question est ouverte mais la réponse non sans conséquence pour le développement des jeunes pousses entrepreneuriales. Répondre à la question invite aussi la recherche en entrepreneuriat à sortir de ses “théories à elle” et à se re-inspirer d’autres disciplines, donc la géographie et l’architecture…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search