Je serai l’entrepreneure que je veux être (et pas celle que l’on veut pour moi!!!)

Petites réflexions à partie de la lecture d’un des derniers livres de Sylvain Tesson (Chapitre “La règle de l’autre”)

Réfléchir sur un sujet à partir d’un texte qui n’a rien à voir avec ledit sujet

Réfléchir à partir d’un texte littéraire, ou plutôt un commentaire sur une oeuvre littéraire et oser en tirer des leçons pour l’entrepreneuriat des femmes: N’est-ce pas un peu déplacé ? Bah non… N’en déplaise à des chercheurs obtus (oui, le livre n’est pas un bouquin scientifique…), n’en déplaise aux littéraires qui me liront (oser profaner un commentaire pour parler de ce truc sale qu’est l’économie?? Beurk). Je profite donc d’une lecture personnelle pour me prononcer sur mon sujet de travail professionnel.

Rassurez-vous, mon commentaire ne portera que sur un sous-chapitre d’un des derniers livres de S. Tesson, “Un été avec Rimbaud”. A mes heures perdues, j’aime lire des poèmes, les livres de Tesson ne me déçoivent rarement. J’adore la radio donc un livre qui retranscrit des propos d’abord diffusés en radio… Bref, 3 bonnes raisons qui m’ont poussé à acheter et lire le livre “Un été avec Rimbaud” de Sylvain Tesson (Paru en octobre 2020 aux éditions Equateurs – Parallèles).

J’ai dévoré ces commentaires poétiques de la vie de Rimbaud, de son oeuvre aussi; Celui qui me frappe le plus, c’est celui qui s’intitule “La règle de l’autre” (p. 110 à 116).

Je est un autre (…): Une invitation à l’émancipation ?

J’adhère au commentaire de Tesson au sujet de ce “Je est un autre” : Je est un autre renvoie à une double identité… Le constat de l’existence en une seule et même personne d’un Docteur Jerkyll et d’un Mister Hyde : “Mais Je est un autre est aussi devenu un programme politique pour époque mercantile ! (…) La modernité trouve là sa définition spirituelle: Soyez un autre ! Devenez qui vous voulez !” (…) “Sortez de la généalogie. Evadez-vous du déterminisme géographique. (…) Inventez-vous ! (…) Je se doit d’être un autre ! (p. 114)

Pas certaine que les spécialistes de Rimbaud partagent la lecture de Tesson au sujet de cette maxime. Toujours est-il que cette allocution inspire une réflexion: La littérature en entrepreneuriat, essentiellement dans le monde occidental, est présenté comme une quête pour la femme d’être enfin elle. De s’extirper du “plafond de verre” présent dans l’entreprise, de s’affranchir d’un destin qui ne lui sied pas. Et pourtant, est-ce toujours le cas ? Est-ce NECESSAIREMENT le cas ? Nulle part, il n’est question d’un travail qui explique oh combien un individu, homme comme femme d’ailleurs, un entrepreneur qui reprend l’entreprise familiale sans tout changer peut être bien avec lui-même, combien un salarié pourra aussi le rester et que cela soit bien aussi… Tout comme Ahl (2006) montre que la recherche en entrepreneuriat féminin est biaisée, la recherche en entrepreneuriat tout court peut l’être tout autant !

C’est faux de dire: je pense. On devrait dire: On me pense. (…) Je est un autre

Telle est la citation complète de Rimbaud. Je trouve que la maxime, plus complète, prend un tout autre relief : L’invitation à être autre, ou, plus précisément, ce que l’on est est conditionné… par l’autre qui pensent pour le “je”. Qui pourrait être le “On”? Qui pourrait être le “Je”?

En lisant cette maxime, je ne peux m’empêcher de penser à Butler et à son dernier ouvrage édité en langue française, Le souci de soi. Elle y rappelle l’inspiration qu’elle a trouvée dans les travaux de Foucault pour penser sa théorie de l’intersubjectivité: Petit à petit, une pratique répétée d’un discours, d’un geste fait qu’un petit garçon est considéré comme un petit garçon, qu’une petite fille est jugée être une petite fille. On apprend le genre (pas le sexe, on aura bien noté la différence) en le faisant. Le “On”, c’est la société, c’est le groupe, celui qui contrôle mais aussi celui qui est la seule condition par lequel l’individu se construit. Le “On” apprend au “Je” à devenir “Je” inconsciemment mais surement. Le “Je” devient “Je” car il apprend à jouer le “Je”. Il ne pense pas nécessairement ce jeu. Il s’adopte par la répétition d’actes que le “on” lui impose, lui apprend…

En reprenant mes notes de travail et mes entretiens réalisés avec les femmes créatrices d’entreprises dans les QPV de Villeneuve, je ne peux m’empêcher de réfléchir à ce “On” qui invite les jeunes femmes entrepreneures à s’entrainer à devenir entrepreneur. Semaine dernière, a eu lieu la réunion de mi-parcours du programme d’accompagnement proposé par l’incubateur que j’administre. On cherche à savoir si la femme a bien préparé son pitch, si elle s’est bien entrainé à monter son business plan, son business model cava, si elle s’est bien entrainé à tester sa proposition de valeur… Autrement dit, on vérifie que la femme s’entraine bien à devenir entrepreneur… comme on le veut : une entrepreneure qui exploite une idée d’innovation, qui utilise bien les bons outils… Et qu’est ce qui se passe si la femme refuse d’être une autre ? Si elle pense par elle-même, hors des méthodes, des rituels, des pratiques ? Le clash rode parfois, pas toujours… “On n’accepte pas que le “Je” reste “Je”. Le “On” ne comprend pas le “Je”, surtout s’il se rebelle et montre sa distinction du “On”…

Le plaidoyer pour le plus de femmes entrepreneurs pose donc question : Qui le souhaite ? La femme qui revendique une reconnaissance et une présence équitable sur l’échiquier économique ou la Société Française, voire une Société Mondiale qui souhaiterait réduire le taux de chômage ? Pour sure, depuis 2001, date à laquelle démarrent les grandes actions de promotion de l’entrepreneuriat des femmes, en France mais pas uniquement, la société dans son ensemble vend l’entrepreneuriat comme solution (si ce n’est LA) solution d’émancipation.

Reste à voir ensuite les modalités d’actions, les pratiques. Pour le coup, force est de constater que la femme jouit encore d’une relative liberté dans ses choix: la société genrée accepte – même si elle déclare le déplorer – la petite entreprise. En revanche, elle n’accepte moins les pratiques déviantes : ne pas solliciter de levée de fonds comme le font les homologues masculins lorsqu’ils créent eux-mêmes leur entreprise, ne pas vendre avant de développer…

Tout l’enjeu de l’émancipation du “Je” entrepreneurial est de devenir “autre” sans être pensé par les autres !

Références :
Ahl, H. (2006). Why research on women entrepreneurs needs new directions. Entrepreneurship theory and practice30(5), 595-621.
Butler J. (2020), Le souci de soi, Presses Universitaires de France, Paris.

et bien sûr: Tesson, S. (2020). Un été avec Rimbaud, Ed. Equateurs Parallèles, Paris.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search