Les politiques de soutien à l’entrepreneuriat en France : Réflexions suite à la parution du Global Women Entrepreneurs Policy Report / OCDE

A l’occasion de la semaine de l’entrepreneuriat féminin organisée par l’ICSB, la division PME de l’OCDE (Paris, 12 – 17 juillet), et du lancement du rapport Global WEP[1] (Global Women’s Entrepreneurship Policy Research Projet sous l’égide de l’OCDE) la semaine dernière, quel regard porter sur les politiques de soutien à l’entrepreneuriat féminin en France ? 

Ce que dit le rapport 2020 de l’OCDE sur l’entrepreneuriat féminin dans le monde

Dans les pays membres de l’OCDE, les femmes ont 1,5 fois moins de chance de créer une entreprise que leurs homologues masculins. Certes, l’écart entre sexe parmi les créateurs indépendants s’est considérablement réduit entre 2000 et 2019 mais ces éléments peuvent s’expliquer comme les suites des politiques menées pour développer l’entrepreneuriat tout comme une tendance de réduction du salariat dans l’économie.

En outre, si les femmes créent des entreprises plus petites que celles des hommes, ce qui, en soi est connu depuis très longtemps, elles opèrent aussi dans des secteurs plus fragiles comme ceux de l’éducation, du soin, du commerce de détail ou encore du tourisme… Or, mis à part les soins à la personne, qui sont cependant très mal rémunérés, l’ensemble de ces secteurs ont été très affectés par la pandémie Covid-19. 

Les causes des écarts sont multiples et les politiques en sont parfois responsables : Il peut s’agir de barrières institutionnelles, comme les politiques familiales qui dissuadent les femmes d’entreprendre. Il peut aussi s’agir de « failles de marché » qui bloquent les financements des projets portés par des femmes ou encore des motivations à l’entrepreneuriat qui seraient spécifiques aux femmes. Ces limites, cumulées à des situations paternalistes au sein des familles, font peser un risque sur la création et le maintien des entreprises portées par des femmes en cette période post-pandémique.

Pour autant, le rapport souligne également que les gouvernements qui se succèdent depuis 20 ans dans les 30 pays analysés ont mis en place des politiques variées pour soutenir l’entrepreneuriat des femmes. Les auteurs en dénombrent 6 : le développement d’une culture entrepreneurial mixte, soutiens dédiés aux entreprises créées par des femmes, enseignement des compétences entrepreneuriales chez les femmes, facilitation des accès aux financements, soutien aux réseaux formels de femmes entrepreneurs et, enfin, adoption d’un cadre réglementaire propice à l’entrepreneuriat des femmes. Ces instruments, aussi louables soient-ils s’avèrent être d’une efficacité inégale selon les pays car les auteurs notent des effets de mimétismes d’un pays à un autre, d’une région à une autre, sans tenir vraiment compte du contexte.

En France, les femmes ont généré des créations d’entreprises mais très peu d’entreprises créatrices d’emplois

Quand bien même le siège de l’OCDE est en France, le rapport n’intègre pas le cas de la France dans son analyse. Le problème sera résolu dans la prochaine édition du rapport. Le rapport mentionne cependant trois éléments importants : 

Tout d’abord, la situation de la France s’inscrit dans la « bonne » tendance mondiale : Certes, le taux d’auto-emploi reste faible en France (au-alentour de 15% de la population qui exerce un emploi) comparé à ceux du Brésil (près de 30%) ou de la Grève (près de 35%) ou même des États-Unis (environ 14%).  Au-delà de ces tendances qui sont liées aux spécificités du marché du travail dans chacun de ces pays, la France a pratiquement atteint une parité femmes – hommes en matière de direction d’entreprises unipersonnelles !

En outre, elle parvient à réduire les écarts entre les créations d’entreprises unipersonnelles respectivement par les hommes et les femmes (près de -2 points), même si, sur le pays se classe 17ème sur 38 pays considérés, loin derrière l’Islande (-6 points, 1er pays en matière de réduction des écarts) ou, plus proche de nous, l’Italie (-3 points, 7ème) mais devant les États-Unis (pratiquement 0 point) ou le Portugal (qui revoit les écarts ses creuser : près de + 3 points). 

Pour autant, la France échoue à réduire les écarts entre les femmes et les hommes pour ce qui est des entreprises créatrices d’emplois :  Placée à la 20ème position sur les 38 pays considérés, elle héberge toujours des entreprises génératrices d’emplois qui sont à plus de 70% gouvernées par un homme à sa tête !!! Pire, la France figure parmi les 9 plus mauvais pays de l’OCDE (sur les 36 considérés) en termes de potentiel de création d’entreprises de de 20 salariés ou plus créées par des femmes… loin derrière la Turquie, la Roumanie et bien évidemment les États-Unis !!!!

Quelles leçons pour les politiques publiques françaises de soutien à l’entrepreneuriat féminin ?

Peu de données consolidées sur l’utilisation des 6 catégories de soutien à l’entrepreneuriat des femmes en France

En France, un organisme qui œuvre pour l’entrepreneuriat féminin peut être soutenu par l’État, la Région, les métropoles, les communautés de communes, les communes tout comme par des fondations et des fonds de dotations privés. Dans chaque entité, plusieurs services peuvent être sources de soutien. Prétendre énoncer un chiffre consolidé sur les montants alloués et les 6 catégories d’instrument de soutien à l’entrepreneuriat féminin est une gageure ! Aucune donnée consolidée n’est, à notre connaissance, disponible pour savoir si tel réseau professionnel serait plus financé que tel autre et si ce sont les réseaux qui génèrent le plus d’emplois directs qui sont effectivement ciblés. 

Un besoin d’encore plus de soutien à l’éducation entrepreneuriale pour toutes

Pour autant, le résultat obtenu peut révéler les symptômes d’une politique (publique et privée) qui porterait trop peu sur l’éducation des femmes à l’entrepreneuriat (en tant que techniques, démarches). L’étude « Tour de France 2019 » du réseau Bouge ta Boite, étude qui est aussi corroborée par des recherches menées sur d’autres échantillons[1] montre que sur les 66,92% des femmes entrepreneures, essentiellement mono-salariées, génèrent un CA (largement) inférieur à 1 500 euros par mois. 60% d’entre elles ont lancé leur activité sans « business plan » et seulement 38% d’entre elles se sont formées avant de créer leur entreprise, formation qui porte sur le métier exercé (photographie, communication, sophrologie, coaching) et sur les 1 à 3 jours proposés par les CCI. Aussi, ces quelques chiffres peuvent témoigner d’une insuffisance de formation à l’entrepreneuriat féminin des femmes, au-delà de la formation à la création de son propre emploi.

Plaidoyer pour une régulation des fonds alloués à l’entrepreneuriat des femmes

Le résultat obtenu en matière d’entrepreneuriat féminin en France peut aussi être révélateur d’une régulation qui porte sur la place des femmes dans les instances d’entreprises existantes, les fameux quotas de 40% de femmes dans conseils d’administration permis par la loi Coppe – Zimmerman mais pas ou peu sur une régulation pour l’entrepreneuriat féminin générateur d’emplois. A notre connaissance, les dispositifs d’accompagnement des entreprises génératrices d’emplois sont surtout mixtes : BPI France dresse certes un portrait de la place des femmes en entrepreneuriat mais ses “grands” programmes restent unisexes[2]. L’accompagnement à l’entrepreneuriat féminin générateur d’emplois reste parcellaire, avec les incubateurs Les Premières ou Willa, le second étant d’ailleurs une émanation du premier) et est surtout présent dans les grandes métropoles et focalisés sur le modèle d’entrepreneuriat de type « start-up », laissant de côté toutes les autres catégories d’entrepreneuriat génératrices d’emploi (dans les coopératives, dans le monde agricole, dans le commerce…). Côté start-up, les mouvements privés types Femmes Business Angels augmentent mal les quelques 10% de fonds privés accordés aux femmes créatrices de start-up en 2020[3].

Et surtout: privilégier les contextes et aligner les politiques de soutien avec les politiques économiques !!!

La période de relance économique que nous vivons après les deux années de pandémie invite à une très grande vigilance sur le maintien d’un entrepreneuriat féminin et inclusif durable en France. Les politiques s’attellent certes à stimuler l’auto-emploi mais peinent encore à travailler sur les accès aux financements et, surtout, à l’éducation entrepreneuriale génératrices d’emplois par les femmes. 

A titre personnel, je m’étonne de l’absence d’alignement entre les politiques de soutien à l’entrepreneuriat féminin avec celles liées à la relance économique. Tout au mieux, puis-je noter une invitation des femmes à être plus présentes dans les métiers de l’IA ou à choisir les filières techniques comme orientation d’études… C’est bien mais c’est sans doute un peu tard pour stimuler l’entrepreneuriat des femmes dans ces secteurs !!! Pourquoi ne pas jouer la complémentarité entrepreneuriale entre temps: plus d’éducation à l’entrepreneuriat de croissance + une meilleure insertion dans les réseaux de l’IA = développement entrepreneuriat des femmes dans cette filière ?

Dernier point et non le moindre, à trop considérer la Femme comme une catégorie unique, comme si, parce qu’on est femme, on est voué à se comporter de la même manière, on en oublie le contexte : le contexte de l’individu de sexe féminin, dans sa trajectoire personnelle et professionnelle mais aussi le contexte de l’emplacement de la femme, de son lieu de vie.

Bref, je conclue ce billet en invitant les politiques publiques à jouer les synergies et les nuances… pour un résultat tout simplement efficace !


[1] http://renouveau-economique-entrepreneuriat-feminin.fr/wp-content/uploads/2020/02/Étude-Bouge-ta-Boite-et-Chaire-FERE.pdf

[2] https://www.bpifrance.fr/A-la-une/Dossiers/Entrepreneuriat-feminin

[3] https://www.bcg.com/fr-fr/press/3march2021-women-founders-of-startups-creation-financing-startups-progressing


[1] Global Women’s Entrepreneurship Policy Research Project (Global WEP – www.globalwep.org)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search