La fabrique de la stratégie et des carrières : Ce que la recherche dit des “boysclubs”

Petit état de l’art suite à la lecture de la BD « A main nues »

Photo surlignée de la dernière case p.18 de la BD “A mains nues”

D’un récit de vie (de femme) pour jouer les Role Models

Je ne suis pas une dévoreuse de BD qui racontent l’histoires de femmes, déjà, parce que si j’en crois les travaux de Bosma et al. (2013), je ne suis pas convaincue par l’impact d’une narration sur la décision pour une femme de prendre une grande décision, en particulier de créer une entreprise : Pour Bosma, le role model « idéal » est avant tout une personne que l’on côtoie au quotidien. Qui plus est, je suis sceptique par la pratique dominante de raconter plein d’histoires de femmes en BD. Parfois, c’est émouvant, parfois l’exercice donne des résultats moyens. Cela dit, même si cette BD relève d’une démarche, somme toute, banale, elle ne m’en a pas moins parue inspirante.

Petite « revue de littérature » générée à partir de la dernière case de la page 18

Comme les auteurs le reconnaissent eux-mêmes : ils ont pris quelques libertés en retraçant la vie de cette femme. Je n’ai pas trop cherché à savoir quel épisode est romancé, quel autre est relaté. Quoi qu’il en soit, certaines cases m’interpellent vraiment. En particulier, la dernière case de la planche 18 : L’héroïne et objet de la BD explique à des relations qu’il faut créer un club de sororité au féminin pour que les femmes puissent prendre leur place dans la société et dans toutes ses couches. La preuve en est, toujours selon l’héroïne que l’on fait parler, les hommes doivent leur carrière à leurs clubs et à la fréquentation des salons.

La littérature sur le genre en entreprise : celle qui parle le plus des boys band mais au sens figuré

Je me suis donc demandé ce que la littérature scientifique dit de cela.  Première surprise, la littérature qui s’intéresse aux boys clubs (en français dans le texte) est une littérature féministe, en tout cas une littérature que l’on trouve dans les revues sur le genre, comme International Journal of Gender, Science and Technology (revue pas très cotée dans la liste Harzing mais qui publie néanmoins des articles plutôt intéressants) ou encore Gender, Work & Organization. Seconde surprise, COMME DANS LA BD, le propos sur le Boys Club est traité au sens figuré : les femmes ne s’en sortent pas parce que tout se passe les hommes ne leur laissent pas la place et se cooptent entre eux, ceci dans un grand nombre d’activités qu’il s’agisse de la Police (Spasic et al, 2015), de l’hôtellerie et de la restauration (Da Silva et al., 2021 ; Gebbels) et j’en passe… Rien n’est dit sur le rôle de ces clubs à proprement parler. Face à ce constat partagé, restent aux femmes à faire preuve de résilience, en particulier pour celles qui veulent rester et surtout être écoutées dans les boardsde leur entreprise (Goyal et al., 2021). Curieusement, la mise en association des femmes dans des « Girls Clubs » n’est ni sollicitée, ni observée, à croire que le « Club » serait une pratique genrée !

Est-ce à dire que les femmes ont tort de critiquer les boys bands ? Pas nécessairement : la littérature sur l’entrepreneuriat féminin se fait suffisamment l’écho de l’importance du réseau pour se faire recommander auprès de clients mais aussi de financeurs ! Juste qu’il manquerait une recherche sur le sujet… à première vue seulement !


[1] L. Slimani, p. 18


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search