Les apports du courant féministe de la géographie économique pour appréhender l’entrepreneuriat féminin

Les sciences de gestion appellent à une analyse de l’entrepreneuriat, en particulier de l’entrepreneuriat des femmes, en tenant compte du contexte. Considérer les apports de la géographie économique, en particulier du courant féministe me semble être un impératif.

Les sciences de gestion : A trop généraliser, l’oubli de la contextualisation ?

Dans son article « Strategies for theorizing from Process data », Ann Langley (1999) fait l’inventaire des démarches de restitution de données processuelles, celles qui relatent un processus d’innovation, de développement d’une stratégie, etc. et pèse le pour et le contre de chacune de d’entre telles selon deux critères : D’une part leur souci d’exactitude, de précision et, d’autre part, le caractère de généralisation qu’elle présente. Sans surprise, plus le résultat est généralisable, moins il peut être restitué avec exactitude. Là réside, selon moi, la limite des sciences de gestion : A trop vouloir présenter des modèles généralisables, le souci de précision s’estompe. Or, ce dernier semble crucial pour vraiment rendre compte de différents sujets, en particulier des pratiques et des moteurs de l’entrepreneuriat féminin. 

Entrepreneuriat féminin : Une invitation à mieux distinguer les origines et les parcours des femmes mais surtout leur contexte d’action !

A trop vouloir généraliser la démarche entrepreneuriale des femmes, on en oublie que la Femme n’existe pas ou que, derrière cet état biologique, se cache une multitude de femmes : Des femmes issues de différentes CSP, de différentes origines ethniques, etc… Des recherches sont en cours à ce sujet et intègrent les apports de la théorie de l’intersectionnalité.

Une autre piste de travail réside dans l’analyse du contexte et de suivre ainsi l’appel de Friederike Welter (2011) et exploré par la chercheuse depuis désormais plus de 10 ans[1].  Par contexte, il faut comprendre une tendance qui se décompose en plusieurs niveaux : la culture nationale, la géographique d’action et l’architecture même de la maison, du quartier dans lequel la femme évolue. Or, à ma grande surprise, à ma connaissance, aucun travail en entrepreneuriat ne repose sur une approche de géographe économiste.

Le courant féministe de la géographie économique : Les grands principes 

Pour vous parler de ce courant, je m’appuierai sur le travail de ce que je perçois, sans doute à tort, être une école canadienne, en particulier sur les travaux de Kendra Strauss[2], de l’université de Simon Fraiser (Vancouver, Canada) qu’une consœur du laboratoire PACTE m’a transféré lorsque je lui ai demandé conseil sur comment elle aborderait la question que je me pose – comment enrichir un quartier par l’entrepreneuriat des femmes – en tant que géographe. Elle m’a d’abord rappelé que la géographie, en tant que discipline, étudie depuis longtemps l’économique : On sait, par exemple, que pour entreprendre, il vaut mieux être situé dans un quartier vivant, économiquement riche. Sans entrer dans les détails, les travaux qu’elle évoque me font penser à ceux que l’on retrouve en gestion, en particulier en innovation : M. Porter montre bien que les Clusters sont vecteurs de performance économique, en particulier pour les entreprises qu’il accueille et qu’un très bon moyen de favoriser l’innovation est le développement d’une politique étatique de développement de cluster. Une telle approche est certes intéressante mais un peu tautologique : Pour rénover un quartier, rien de mieux que de se focaliser sur une activité prometteuse, d’attirer une grosse entreprise à coup de subventions ou de baisses de taxes puis de mettre en place tout un système pour favoriser les jeunes pousses de ladite grosse entreprise, le centre de formation, etc. etc. Le seul hic est que ces clusters attirent toujours plus de richesse au détriment d’autres. 

Si cette approche m’a peu séduite, une autre, développée dans les années 80, m’a plus interpellée. L’approche féministe repose sur la reconnaissance que le genre est un construit social. Cette construction est vecteur de différenciation entre les individus et produit des asymétries de relations de pouvoir qui, pour reprendre la terminologie de Strauss, « subordonnent et oppriment les femmes » 

En quoi les apports de ce courant m’aident à appréhender l’entrepreneuriat des femmes à Villeneuve?

La géographie économique féministe est liée à la politique féministe et centre la construction sociale du genre en tant que catégorie de différence et la production de relations de pouvoir inégales qui « subordonnent et oppriment les femmes »[3]. Selon Strauss, ce courant contribue « à la compréhension de la restructuration économique, de la migration et du développement inégal (de territoires) » (p. 2). 

Villeneuve est un lieu que je trouve esthétiquement très beau, localisé au Sud de Grenoble. Le lieu se voulait être un laboratoire d’expérimentation, architectural mais aussi sociologique, éducatif : des écoles Perret, une absence de notes et d’évaluation en leur sein… Le lieu n’a pas été pensé pour y développer de l’économie, de centre d’affaires. Peu importe, mais, en valeur absolue, et uniquement sur un plan économique, le quartier semble s’être appauvri. Toujours est-il qu’il est aujourd’hui assimilé à un QPV (Quartier Prioritaire de la Ville). 

L’approche féministe, qui ne repose pas sur une analyse macro mais sur des démarches ethnographiques, d’observations, permettrait de comprendre comment a évolué, comment et surtout pourquoi les plus « riches » (toujours sur un plan économique) sont partis vers la vallée du Grésivaudan, ailleurs aussi, laissant les plus pauvres accueillir les nouveaux venus, des issus de l’immigration pour la plupart. L’approche permettrait aussi de comprendre pourquoi les femmes issues de minorités ethniques et / ou de l’immigration sont lésées et peinent à sortir de ce quartier, ne serait-ce que pour trouver un emploi, voire ne veulent pas quitter leur quartier.

La seule critique ou limite que je vois à cette approche ? Je ne vois pas trop l’accroche géographique…  A creuser donc…

Delgado, M., Porter, M. E., & Stern, S. (2014). Clusters, convergence, and economic performance. Research policy43(10), 1785-1799

Langley, A. (1999). Strategies for theorizing from process data. Academy of Management review24(4), 691-710.

Welter, F. (2011). Contextualizing entrepreneurship—conceptual challenges and ways forward. Entrepreneurship theory and Practice35(1), 165-184.

Werner, M., Strauss, K., Parker, B., Orzeck, R., Derickson, K., & Bonds, A. (2017). Feminist political economy in geography: Why now, what is different, and what for?. Geoforum79, 1-4.


[1] https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/entrepreneuriat-feminin-a-chaque-contexte-ses-solutions_2133463.html

[2] http://www.sfu.ca/labour/about/people/kendra-strauss.html

[3] https://www.researchgate.net/publication/333488651_Feminist_Economic_Geography, p. 2


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Cupillard dit :

    Merci pour ces partages forts intéressants.
    Au plaisir de te lire.

    • Séverine Le Loarne-Lemaire dit :

      Tu es la 1ère à laisser un commentaire ! Quel honneur !!! Je suis ravie que ce soit toi (co auteur femme et entrepreneur: c’est possible !)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search